Bilan / Bleus

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c42.html]

Le domaine des bleus est tout petit. On ne l'a pas défini par la nature des couleurs qui y sont mais par le fonctionnement des pigments de la palette. Il se réduit aux angles compris entre 190° et 230° et regroupe les cyans et les bleus moyens. Les trois pigments bleus,le turquoise (PG50), le bleu phtalo (PB15:3 B), et le bleu outremer (PB 29, BO) s'y trouvent. On s'y déplace avec des lignes de melange remarquablement précises :

part4_bilan_bleus_bilan_bleus1jpg

Nuances de bleus de saturation maximale disponibles dans la palette.

Curieusement, si il y a ici trois pigments bleus, ce n'est pas essentiellement pour faire des bleus ! Le PG50 ne sert qu'à une seule chose : obtenir des verts bleus et des bleus verts saturés. Comme il est décrit par Bruce MacEvoy, la symétrie entre le PG 50 et le l'orange rouge (PO73) est forte. Purs, leur teinte n'est pas plaisante et ils se mélangent mal avec leurs complémentaires. Ici le PG 50 est désaturé par tous les rouges de manière homogène mais tous ces mélanges sont instables et se défont au séchage : 

part4_bilan_bleus_bilan_bleus2jpg

Désaturation du PG 50 par les rouges : les mélanges sont instables.

On mesure là encore l'importance de raisonner en terme de pigments et non de couleurs. Pour avoir un turquoise plus discret, il vaut mieux ne pas utiliser ... le turquoise, du moins le PG50, ce qui n'empêche pas que pour avoir un turquoise franc, il n'y a pas d'autre possibilité que d'utiliser le PG50. Les mélanges 36+B supportent parfaitement l'addition d'un désaturateur, en particulier de l'orange rouge. Sur la figure suivante chaque carré correspond à un mélange initial de vert 36 (PG36) et de bleu phtalo (PG15). Les deux pigments se mélangent parfaitement. Dans un carré, de gauche à droite augmentation de la dilution (luminosité croissante), de haut en bas, augmentation des apports d'un rouge désaturant (saturation décroissante). L'expérience se révèle plus accessible que prévue. La teinte est relativement stable dans chaque cas, au moins tant que la dilution n'est pas trop forte. La diminution de saturation est continue.La désaturation est assurée par l'orange rouge (OR). Chaque carré figure sur la roue par un trait qui positionne globalement les nuances obtenues dans le carré :

part4_bilan_bleus_bilan_bleus3jpg

Turquoises désaturés à partir de B+7. OR est incompatible avec le PG50 mais désature parfaitement la teinte correspondante.

Du côté bleu outremer, SB est aussi un désaturateur parfait :

part4_bilan_bleus_bilan_bleus4jpg

Exemple de bleu désaturé. Un bleu cobalt est simulé avec BO+50 et désaturé avec SB. Sur cette grille la teinte est constante (228°), la saturation varie de 5 à 57% et la luminosité de 60 à 90%.

En résumé, on retient trois types de mélanges pour couvrir la zone bleue :

part4_bilan_bleus_bilan_bleus5jpg

Pour trouver un bleu cyan ou moyen.

'
'