Bilan / Verts

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c41.html]

D'un côté J (Jaune) définit la borne, de l'autre côté, c'est 50 (Turquoise de Cobalt). Avec le centre du cercle, on a un triangle qui exprime le coût en saturation qu'il faut payer pour avoir un vert. Par exemple :

part4_bilan_verts_bilan_verts_diffjpg

Une illustration du lien teinte saturation le long de la ligne GG-B.

Le choix du jaune de la palette est important, car suivant qu'on l'utilise d'un côté (orange) ou de l'autre (vert) les problèmes posés ne seront pas du tout les mêmes. J fait ce que fait NG du côté orange, NG ne fait pas ce que fait J du côté vert. J est donc plus important que NG. Obtenir des jaunes orangés est facile, obtenir des jaunes verts l'est bien moins. Parmi les pigments rencontrés le vert vif (vivid green) de Daler & Rowney est un mélange (convenience greens made with PG7) de PY138 et de PG7. Le jaune de quinophthalone (PY138) donnent des verts saturés effectivement un peu plus vifs que ceux obtenus avec J :

part4_bilan_verts_bilan_verts_PY138jpg

Lignes des verts saturés obtenues avec le jaune permanent (PY138) de Daler & Rowney. Notons qu'ici le vert du mélange jaune+vert ne joue qu'un rôle mineur.

L'ensemble des courbes jaune-vert, jaune-bleu, orange-vert qui traversent la zone sont globalement celles qui sont attendues, à savoir le segment qui relie les points des pigments. Les jaune-bleu présentent seulement un surplus de désaturation au centre. D'où une multiplicité de possibles pour faire des verts. La principale difficulté est dans le lien teinte saturation le long d'une telle ligne. Cette difficulté est incontournable car sa source est dans l'absence de pigments. Mais tout ce qui précède permet de définir une démarche. Pour énumérer des verts comme pour chercher un vert, on peut choisir un niveau de désaturation cohérent de côté jaune et du côté bleu. Ces principaux niveaux sont jaune primaire-turquoise, jaune profond-36, vert doré-7, ochre-bleu. Le problème revient alors à se déplacer sur la ligne de mélanges. Tout est résumé dans une seule figure :

part4_bilan_verts_bilan_verts_theojpg

Un modèle pour faire des verts. Les deux dernières lignes sont redondantes : bien d'autres exemples pourrait illustrer cette multiplicité de manières de faire un vert. La porte est ouverte vers le rôle des autres propriétés des pigments (ici granulation ou auréoles).

Dans tous les cas il vaut mieux partir du pigment jaune. Un essai sans précautions particulières du modèle est donné ci-dessous :

part4_bilan_verts_bilan_verts_pratjpg

Une réalisation du modèle pour un vert jaune ou moyen. On en voit l'utilité et la limite.

'
'