Nuancier / Rouges

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c35.html]

Couleur tertiaire sur la roue, le rouge domine les présentoirs. On en trouve de toutes qualités, par exemple :

part3_rouges_rouge01jpg

Quelques rouges. En bas : teinte et saturation moyenne à la pipette.

numéropigmentnomcodenuméropigmentnomcode
1PR264Winsor red deepWN7256PR209Quinacridone redWN548
2PR83Alizarin crimsonWN5157PR108Cadmium redDR501
3PR108Cadmium red deepDR5028PR254Winsor redWN726
4PR179Perylene maroonWN5079PO73Warm orangeDR633
5PR209Quinacridone redDR52810PO73Winsor orange RSWN723

L'orange rouge (OR) est au centre. Les lignes OR+M et OR+J servent à définir le secteur rouge :

part3_rouges_rouge02jpg

Ligne M-OR et OR-J. On conviendra que le secteur rouge se tient entre 350° (-10°) et 20°.

Il y a plusieurs nuances de teintes mais les variations les plus sensibles se font sur la saturation. En témoignent les résultats de la désaturation du marron de pérylène (MP) qui devrait s'appeler bordeaux de pérylène :

part3_rouges_rouge03jpg

Rouges sombres très désaturés à base de MP.

Les zones rouges et jaunes (contenant les oranges, les chaudes) sont fort différentes des zones cyan et bleue (les froides). Elles peuvent être saturées. La forme du domaine chromatique n'est pas un cercle ! Les oranges saturés sont des oranges, les oranges désaturés sont des bruns. Le vocabulaire change avec la saturation parce que l'amplitude de saturation le permet. Les rouges simplement sont plutôt saturés et tous les rouges se mélangent :

part3_rouges_rouge04jpg

Mélanges entre rouges.

Comme les mélanges magenta-jaunes se font à saturation constante, le magenta joue encore ici comme source principale de nuances. L'ensemble des lignes violet-orange traverse la zone rouge par des lignes sensiblement à saturation constante. Une des plus caractéristique est celle du mélange VM-SN : 

lignes_ligvmsnjpg

Ligne de mélange à saturation constante dans la zone rouge.

Une autre illustration aussi remarquable est fournie par le mélange M-OO : 

lignes_lignemoojpg

Lignes de mélange à saturation constante dans la zone rouge : M-OO comparée à V-VD et VM-SN.

Ces observations invite à préciser le mélange M-GG dont les saturations pures sont très voisines : 

lignes_lignemggjpg

Lignes de mélange totalement à saturation constante : M-GG est tout-à-fait remarquable.

Pour être complet : 

lignes_lignemvdjpg

La ligne de mélange M-VD est droite : le résultat de la valeur désaturante du PBr7.

La zone rouge est ainsi traversée par un grand nombre de mélanges magentas-jaunes :

part3_rouges_rouge05jpg

La redondance est apparente. Un bilan cherchera à simplifier.

On peut même se poser la question : a-t-on besoin de rouges dans la zone rouge ? 

part3_rouges_rouge06jpg

Lignes de mélanges à partir de MP (marron de pérylène) dans la zone rouge.

Pour RP (rouge pyrrole) la réponse était non. Pour MP on pourrait la répéter en voyant la ligne SB-VM : 

lignes_ligvmsbjpg

Lignes de mélanges à partir de MP (marron de pérylène) dans la zone rouge.

Mais la simple énumération de teintes très voisines montre ici combien les autres propriétés des pigments (étendue des valeurs, granulation) peuvent être importantes. On retiendra qu'on peut identifier six niveaux de saturation :

part3_rouges_rouges_6nivjpg

Six niveaux de saturation pour les oranges-rouges. Cet élément semble s'étendre à la zone des jaunes.

'
'