Nuancier / Bleus

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c33.html]

La portion du cercle entre 210 et 240 regroupe tous les bleus, les outremers faisant le borne du côté rouge. Une multitude de godets sont ici disponibles, par exemple :

part3_bleus_bleus01jpg

Quelques bleus. Il ne faut pas compter sur les étiquettes pour comprendre la politique des fabricants.

numéropigmentnomcodenuméropigmentnomcode
1PB35Cerulean Blue
bleu céruléum
WN1378PB27Prussian Blue
bleu de Prusse
MaimeriBlu402
2PB36Cobalt Turquoise Green Shade
turquoise cobalt verdâtre
DR1569PB27Prussian Blue
bleu de Prusse
WN538
3PB35Cerulean Blue
bleu céruléum
DR11110PB15Phthalo Blue Red Shade
bleu de phtalo rougeâtre
DR139
4PB36Cobalt Turquoise Red Shade
turquoise de cobalt rougeâtre
DR15511PB72Cobalt Blue Deep
bleu de cobalt foncé
DR116
5PB15:3Winsor Blue Green Shade
B bleu
WN70712PB29Ultramarine (Green Shade)
BO bleu outremer
WN667
6PB28Cobalt Blue
bleu cobalt
WN17813PB29Permanent Blue
bleu outremer
DR137
7PB28Cobalt Blue
bleu cobalt
DR10914PB29French Ultramarine
bleu outremer
DR123

La roue en contient 3, un phtalo vert (15:3), un outremer pas très rouge mais teintant et un bleu de Prusse très désaturé pour les sombres. On pourrait faire des choix très différents. La catégorie contient en outre les bleus très sombres obtenus avec du noir :

----
----

part3_bleus_bleus02jpg

Quelques bleus sombres très désaturés.


numéro|pigments|nom|code
1|PBk6 + PV19 + PB15|Indigo|WN322
2|PB15 + PBk7 + PV19|Indigo|DR127
3|PBk7 + PB29|Paynes Grey
gris de Payne|DR065
WN = Winsor & Newton DR = Daler & Rowney

Il semble donc logique de placer un noir dans la palette et faire ses teintes neutres soi-même.

Entre bleu outremer et violet, entre 240 et 270, on trouve les violets bleus qu'on peut appeler aussi bleus rouges. V et BO définissent les limites en terme de teinte. Au centre, pour les comparaisons on trouve le violet outremer de Winsor & Newton (PV15 WN672) :

part3_bleus_bleus03jpg

Violet outremer au centre des violets bleus. Position de 14 pigments dans la zone des bleus.

La zone des verts ne contient aucun pigment : il faut la traverser. La zone des cyans contient des pigments aux bornes : il faut désaturer. La zone des bleus pourrait contenir une boite entière : il faut simplifier.

La saturation maximale est obtenue à partir de BO qui joue un rôle de tour de contrôle. 50+BO permet de reproduire un cyan, un céruléum ou un cobalt :

part3_bleus_bleus04jpg

Position centrale du bleu outremer dans la zone bleue.

La désaturation maximale est obtenue sur la ligne 7-VM :

part3_bleus_bleus05jpg

Approche transversale des bleus totalement désaturés.

Pour un niveau de saturation au-dessus, la ligne 7-V permet de chercher un bleu désaturé en se concentrant sur la teinte :

part3_bleus_bleus06jpg

Bleus désaturés et ligne 7-V. On remarque que la saturation est stable quand la luminosité augmente, ce qui en facilite l'usage.

Ceci invite à refaire la ligne 36+V, pour faire le tour des bleus d'origine vert+violet :  part3_bleus_bleus12jpg
La ligne 36+V.

Avec B+M on passe au niveau supérieur au prix d'une interaction (la droite n'est plus à saturation constante) :

part3_bleus_bleus07jpg

Mélange Bleu-Magenta pour traverser la zone des bleus.

La roue apparaît ici pour ce qu'elle est : un modèle commode, une approximation utile. La gamme des possibles ne forment pas une roue, plutôt un patatoïde assez cabossé ! La ligne BO-OO est une véritable cassure. A droite les bleus, les verts et les jaunes, à gauche les violets les rouges et les oranges. Bien sûr, le découpage en zones joue sur le raisonnement. En groupant bleus et violets bleus on met en évidence la cassure. Cette cassure est une question de pigments, pas de couleur. Si la roue est utile, c'est dans le champ des pigments.

Ainsi la question apparaît : à quoi sert le bleu de Prusse (PB27, BP). Une seule réponse : à respecter la tradition. On apprenait jadis qu'il y avait deux jaunes (or et citron), deux rouges (carmin et vermillon) et deux bleus (Prusse et outremer). C'était avant 1970 et l'introduction du bleu phtalo (PB15). Le bleu de Prusse et son compère le rouge indien ou léger ou de Venise (PR101 opaque) sont la base des cieux dramatiques : 

part3_bleus_bleus08jpg

Bleu de Prusse (BP) et Rouge léger (RL) sont des complémentaires parfaites.

Ce n'est pas exactement vrai pour B : 

part3_bleus_bleus09jpg

RL est une complémentaire de mélange de B, mais la teinte n'est pas totalement stable.

La ligne B-SB passe du côté vert et la ligne B-OR passe du côté violet : 

part3_bleus_bleus10jpg

Comparaison des désaturateurs du bleu phtalo.

Notons que OO (PY42) est un désaturateur parfait de BO mais que l'inverse n'est pas vrai : 

part3_bleus_bleus11jpg

L'axe BO+OO est logiquement un élément central du modèle.

Nous retiendrons de ceci que les principales lignes de mélanges, qu'elles soient transversales ou désaturantes, sont droites. Ceci permet de construire un mémento simple.

'
'