Nuancier / Cyans

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c32.html]

Les verts bleus sont définis par l'espace compris entre les verts phtalos, d'un côté le 36, et de l'autre le 7 (un peu au delà), soit à la pipette entre 150 et 180. Entre 180 et 210, à la pipette, entre 7 et le couple B-BP, on est dans les bleus verts et les turquoises, une catégorie baptisée cyan. Entre bleu phtalo et turquoise, le bleu primaire (cyan) n'est pas représenté dans la palette et il faudra s'en passer. La catégorie contient une couleur fondamentale et des teintes plus rarement utilisées sous forme saturée, du moins sur les paysages terrestres ! Sont en dehors du domaine les bleus sans rappel de vert qui peuvent être du même pigment (PB36) ou du même nom (turquoise) en particulier les céruléums. Voici quelque repères :

numéropigmentnomcodenuméropigmentnomcode
1PG7+PY3+PV19Hooker's green (dark)DR3545PG7Winsor green (BS)WN719
2PB36Winsor green (YS)WN7216PG50Cobalt turquoise lightWN191
3PG50Titanate blue shade cobalt greenWN1847PB36Cobalt turquoiseWN190
4PG7Phtalo greenDR3618PB35Ceruleum blueWN137

part3_cyans_cyans01jpg

Noter l'apparence occasionnelle d'une augmentation forte de la saturation avec la dilution.

Il est clair que ce secteur est traversé par les lignes bleu-vert, bleu-jaune et vert-violet. Le 7, au milieu, est un repère. Dans la partie du maximum de saturation disponible, on peut comparer 36, 7, T, et les lignes 36-BO et 36-B qui sont pratiquement indiscernables :

part3_cyans_cyans01ajpg

Les cyans saturés. Redondance et solutions multiples poussent à retenir la ligne des phtalos 36-7-B. Les points de référence dans la saturation optimale seront 36, 7+36, 7, 7+B et B+7.

Ceci étant, il est impossible de reproduire la stratégie utilisée pour les verts. Pour les verts, on n'a aucun pigment dans la zone mais les combinaisons entre vert-bleu et jaune-orange sont suffisamment nombreuses pour définir des lignes à saturation constante et ainsi séparer la question de la teinte et celle de la saturation. C'est déjà difficile de voir les deux paramètres clairement, il est redoutable de prévoir une combinaison des deux sur une ligne transversale. Dans les verts on peut choisir un couple de pigments pour définir la saturation puis ajuster le mélange pour avoir la teinte.
Rien de tel ici. On a trois pigments dans la zone mais aucun dans la voisine. Comme 36 et B encadre le domaine on peut s'en servir de base. Depuis 36 on observe que la ligne 36-BP est très voisine dans la zone cyan de la ligne 36-V. On vérifie sur un nouvel essai que V est moins désaturant que prévu en partant de 36 :

part3_cyans_cyans02jpg

Ligne 36-V dans le secteur cyan.

On peut réunir ces informations en regroupant les mélanges basés sur 36 :

part3_cyans_cyans03jpg

Bleus verts et verts bleus basés sur 36. La couverture du secteur est incomplète et la redondance manifeste.

En partant de B, on a également un certain nombre de possibilité. La ligne GG-B est complétée :

part3_cyans_cyans04jpg

Mélanges B-GG dans la zone cyan.

On n'obtient rien de nouveau sur les mélanges B-J et B-NG. Par contre les lignes B-SN et B-OO et B-SB offrent d'autres possibilités.
Mais on se retrouve devant la situation :

part3_cyans_cyans05jpg

Interaction teinte-saturation le long des lignes de mélange. On ne peut modifier un paramètre sans modifier l'autre dans les mêmes proportions. La recherche d'une couleur est dans ce cas difficile.

On se retrouve devant deux difficultés sérieuses. La première est celle de la saturation faible de l'ensemble des couleurs de la zone. Il manque un niveau de saturation plus élevé. La seconde est celle des interactions teintes-saturation. Il manque un moyen de séparer le choix de l'un du choix de l'autre. Le second problème est abordable sans changer les pigments disponibles. On examine le rôle désaturateur des rouges avec précision. On est conduit à observer que le désaturateur parfait des verts bleus est RP (rouge pyrrole) alors que le désaturateur parfait des bleus verts est OR (orange rouge, de la même famille) :

part3_cyans_cyans06jpg

Désaturation des cyans à teinte constante. Jusqu'à 7 exclu, RP convient. Ensuite OR fait l'affaire.

Le premier problème oblige à changer la liste des pigments. On étudie alors le fonctionnement du PG50, un des pigments favoris de Bruce MacEvoy : 

part3_cyans_etudepg50jpg

L'apport de ce niveau pigment est indiscutable. Il ajoute une zone plus saturée du vert moyen au bleu rouge. Il est original, clair et pastellisant. Il est désaturé directement par OR. Il peut avantageusement remplacer T. Il suffit de ne pas s'arrêter pour faire ce choix à sa couleur brute de carte postale polynésienne.

'
'