Construction / Premier jet

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c14.html]

Si on essaye de faire à la main un cercle des couleurs avec un nombre important de godets, la nécessité de posséder un plan initial se fait sentir très vite ! Il est hors de question de réinventer la roue. En proposant que chacun construise sa roue, Bruce MacEvoy donne l'outil de base : la roue des pigments de l'aquarelle. La couleur de chaque godet est mesurée au spectrophotomètre et exprimée dans le modèle CIE L\*a\*b\*.

Comme tout modèle de la couleur, ce dernier utilise trois dimensions :

Un pigment est placé à la moyenne des positions occupées par les préparations des différents fabricants.

On peut donc rechercher sur ce plan les pigments de la liste. J'ai utilisé la version 2006 de cette roue (rouges à gauche) : la version actuelle a les rouges à droite :

part1_etapes_etape1jpg

Positions dans la roue des couleurs de l'artiste de Bruce MacEvoy de 18 pigments de la liste étudiée.

Afficher pour agrandir.

Le modèle scientifique CIE L\*a\*b\* définit ce plan, rouge-vert en abscisse, jaune-bleu en ordonnée. La troisième dimension est perpendiculaire à l'écran. L ou luminosité ou luminance ou clarté mesure l'impression de clair-sombre dans une échelle de 0 (blanc, devant l'écran) à 100 (noir, derrière l'écran). La composante L est intuitive, le plan a\*b\* l'est moins.

Le système CMJ (Cyan Magenta Jaune) qui pilote les imprimantes (la cartouche noir sert à faire des économies) est équivalent (il a trois dimensions et on passe de l'un à l'autre par des formules). Le système RVB (Rouge Vert bleu) qui pilote les écrans est équivalent (il a trois dimensions et on passe de l'un à l'autre par des formules). Le système TLS est le plus proche des capacités de reconnaissance intuitive et permet d'interpréter la roue ci-dessus. L est inchangée mais le plan a\*b\* est interprété comme le cercle TS. L'angle sur le cercle est la teinte (T), la distance au centre du cercle (S) est la saturation, ou chroma, ou pureté de la couleur. La saturation mesure l'impression de pureté de la couleur dans une échelle de 0 (gris neutre au centre) à 100 (couleur pure sur le cercle).

part1_coopolairesjpg

A gauche modèle CIELab, à droite modèle TLS, dans les deux cas la troisième composante L est perpendiculaire à l'écran.

Ces quelques indications permettent simplement de comprendre la légende de la roue de Bruce MacEvoy. On trouvera sur handprint une documentation considérable. Cette représentation de la palette est satisfaisante sur la ligne MB :

part1_remlignembjpg

Les mélanges entre Magenta et Bleu reproduisent bien les couleurs (VM, V, BP) rencontrées sur la ligne MB. C'est moins vrai sur la ligne MJ et plus du tout sur la ligne BJ. Dans ces deux derniers cas, les courbes de mélange ne sont plus rectilignes.

Cette première remarque indique l'intention (prévoir les teintes des mélanges) et la difficulté (tenir compte de toutes les positions relatives).

FILE NOT FOUND

'
'