Construction / Roues des couleurs

[D. Chessel - 2014-11-24 - http://aquaroue.fr/html/c11.html]

Il y a de multiples manières de parler de la couleur. Elles ont toutes en commun une roue, dite roue chromatique ou roue des couleurs. Ces roues sont innombrables, en particulier parce que chacune d'entre elles en génère autant qu'on en veut par symétrie et/ou rotation. C'est pourquoi nous commencerons par fixer quelques repères simples.

part1_rouesjpg

part1_rouesjpg
Il existe une multitude de roues des couleurs. Toutes conservent l'ordre des teintes en tournant dans un sens ou dans l'autre.

La partie commune à toutes les roues des couleurs se réduit à l'ordre relatif d'apparition des couleurs (rouge-orange-jaune-vert-bleu-violet, dans un sens ou l'autre) mais diffèrent sur la dimension des zones et le contenu de l'intérieur du cercle. En voici une parmi des dizaines , du site de Bruce MacEvoy :

part1_roueexemplejpg

Cette roue donne une place aux principales catégories de couleurs

On y voit une question naturelle associée à la position des couleurs sur le cercle : pourquoi plus de la moitié des couleurs de référence sont-elles dans moins d'un quart de l'espace disponible ? Quand on se déplace sur le cercle on change de teinte. Il faut en effet distinguer la couleur (ensemble complexe d'impressions faite à l'œil par une tache colorée), la teinte (la plus simple de ces impressions qui fait dire qu'il s'agit d'un rouge ou d'un bleu) et le pigment (le produit qui a généré la tache). La teinte ou tonalité (T, angle, hue, H) traduite par la position sur la circonférence, est la première caractéristique d'une couleur et la plus accessible. C'est un angle si on se donne une origine. En mathématique on met l'origine à droite. Ici on mettra le zéro à gauche :

part1_petitcerclejpg

Un point du cercle est un nombre compris entre 0 et 360. Chaque teinte est donc placée sur le cercle par un angle. Le principe est simple mais il y a bien des manières de s'y prendre.

Il y a deux manières fondamentales de fabriquer des couleurs, celle des écrans et celle des imprimantes. A l'écran on additionne des couleurs, chaque pixel émettant de la lumière. C'est la synthèse additive: les teintes de base sont le rouge, le vert et le bleu (RVB ou RGB). Le mélange des trois primaires donnent la lumière blanche. C'est pourquoi on peut peindre les bâtiments avec des projecteurs :

part1_fetedeslumieresjpg

Couleurs par synthèse additive pour la fête des lumières de Lyon.

Sur le papier les pigments retiennent une partie de la lumière reçue (la nuit tous les tableaux sont gris parce qu'il n'y a pas de lumière à réfléchir !) : une couleur est le résultat de ce qu'on a enlevé à une lumière blanche. C'est la synthèse soustractive. Les primaires sont le jaune, le cyan et le magenta (CMJ ou CMY) qui mélangées retiennent toute la lumière et donne le noir. Dans les imprimantes on rajoute un godet noir pour faire des économies.
On s'intéresse donc aux roues basées sur le triangle CMJ (Cyan à 210°, Magenta à 330° et Jaune à 90°) :

part1_tertiairejpg

Roue des couleurs à 12 références, trois primaires, trois secondaires et six tertiaires.

On utilisera la position des couleurs chaudes en haut et à gauche et le triangle fondamental Cyan-Jaune-Magenta. L'intérêt central des travaux de Bruce MacEvoy est de placer dans ce schéma théorique l'ensemble des pigments disponibles chez les fabricants d'aquarelle de qualité. La liste des séries étudiées est impressionnante : Art Spectrum, Blockx, Daler-Rowney, Daniel Smith, Da Vinci, Holbein, Kremer, Lukas, Maimeri, M. Graham & Co., Old Holland, Rembrandt, Robert Doak & Associates, Schmincke, Sennelier, Utrecht, White Nights / St. Petersburg, Winsor & Newton. Le but de ces entreprises est de vendre des tubes et des godets. Les débutants, fascinés par la diversité des propositions, sont des proies faciles :

part1_tiroirsjpg

Collection de tubes et godets d'un débutant en aquarelle.

Les relations entre le monde des couleurs théoriques et celui des pigments sont compliquées, c'est le moins qu'on puisse dire. Suffisamment pour que des avis contradictoires et pertinents co-existent. A chacun de se faire une opinion. La proposition de Bruce MacEvoy est raisonnable : il faut se faire une roue des couleurs personnelle (making your own color wheel) Ces pages décrivent une expérience basée sur les propositions et les informations disponibles sur le site extraordinairement instructif de Bruce MacEvoy.

'
'